https://www.facebook.com/AFFCfemmes/
https://twitter.com/AFFCfemmes

Blogue

Aux urnes citoyennes !

Cette année, le droit de vote des femmes célèbre ses 100 ans !

Celui-ci a d’abord été accordé au Manitoba, en janvier 1916. Deux mois plus tard, la Saskatchewan lui emboîte le pas et, le mois suivant, c’est au tour de l’Alberta. Eh oui ! C’est aux provinces du centre du pays que nous devons ce privilège !

MAIS, ce droit ne fût pas livré aux femmes sur un plateau d’argent. Bien peu de choses le sont, direz-vous ? C’est là une sage remarque, surtout en matière de droits sociaux…

Donnez-nous ce qui nous revient!

Les choses n’ont donc pas été faciles pour ces femmes revendicatrices. Parmi elles, se dresse Nellie McClung. Écrivaine remarquée et oratrice efficace, Nellie McClung ne donne pas sa place. En 1914, alors qu’elle fait partie d’une délégation de femmes et d’hommes qui vient demander à l’Assemblée Législative du Manitoba de donner le droit de vote aux femmes aux élections provinciales, elle déclare :

“Have we not the brains to think? Hands to work? Hearts to feel? And lives to live?” […]“Do we not bear our part in citizenship? Do we not help build the Empire? Give us our due!”

« N’avons-nous pas un cerveau pour penser? Des mains pour travailler? Un cœur pour sentir? Et une vie à vivre? ». […] « Ne fournissons-nous pas notre part d’efforts à titre de citoyennes? Ne contribuons-nous pas à l’édification de cet empire? Alors, donnez-nous ce qui nous revient! »

Devant cette déclaration enflammée, les vis-à-vis restent toutefois de marbre. « Êtes-vous certaine que la plupart des femmes désirent voter », lui répond-on ? « Au Colorado, où les femmes peuvent voter, elles se tiennent aussi loin de l’urne que de la peste ! ».

Les femmes de bien ne veulent pas voter

Puis, viennent des commentaires qui, alors qu’ils proviennent d’une autre époque, se rencontrent encore aujourd’hui : «Les femmes, reines de la maisonnée, auréolées de leur rôle de reproductrice, de mère et de protectrice du foyer, n’ont pas à s’immiscer hors de ce domaine». En effet, la rengaine essentialiste traditionnelle, où les femmes sont reléguées aux fonctions reproductrices qui leur sont traditionnellement associées pour des raisons biologiques, est difficile à surmonter.

«The mother that is worthy of the name and of the good affection of a good man has a hundredfold more influence in shaping public opinion around her dinner table than she would have in the market place, hurling her eloquent phrases to the multitude».

«Une bonne mère, digne de l’affection d’un homme bon, qui assume son rôle dans la cuisine façonne cent fois plus l’opinion publique qu’une femme sur le marché du travail qui répète sans cesse d’éloquents slogans. »

Les oppositions traditionnelles, qui s’expriment toujours aujourd’hui bien que de manière généralement plus subtile, présentent alors une rigidité féroce. Les hommes s’occupent de la production, du pouvoir, de la sphère publique tandis que les femmes, elles, s’occupent de la reproduction, de la sphère privée et sont gardées dans l’ombre. «Les femmes de bien ne veulent pas voter», scandait-on. Car elles connaissent leur place.

Faire face à ces catégories marquées, c’était s’inscrire dans une logique de lutte sans précédent. Revendiquer le droit de vote, c’était aussi revendiquer l’accès à la vie publique, à la reconnaissance de leur potentiel et à leur considération au niveau politique. «Plus qu’une simple question d’égalité politique, le droit de vote représente l’espoir d’une l’amélioration de l’éducation, des soins de santé et du marché du travail ainsi que de la fin de la violence contre les femmes et les enfants», explique Historica Canada.

Ainsi, s’il faut célébrer l’élargissement du droit de vote aux femmes, il faut surtout célébrer tout ce que cette accession au vote représente en terme de participation publique pour les femmes.

 

Pour en savoir plus:

Page du Gouvernement du Canada consacré au 100e du vote des femmes (Fr)

Page de Condition féminine consacrée au 100e du vote des femmes (Fr)

Page de Historica Canada à propos de Nellie McClung (Fr)

Page de la Manitoba Historical Society (Eng)